Le drame de Kérihuel



   Le 12 juillet 1944, au hameau de Kérihuel, en Plumelec, dans le Morbihan, le capitaine Pierre MARIENNE est massacré par les allemands et les miliciens en même temps que dix-sept autres parachutistes, F.F.I. et patriotes.



   
Pierre Marienne est né le 9 décembre 1908 en Algérie. Il s’engage en 1928 et suit les cours d’élève sous-officier. Il quitte l’armée en 1932. A Paris, il fréquente le milieu artistique et il devient rédacteur-cinéaste.
    A la déclaration de la guerre, il est mobilisé au 279ème RI et se porte volontaire pour les corps-francs. Nommé aspirant, il est blessé devant Baccarat, fait prisonnier et interné à Belfort. Il s’évade et est repris à Paris. Le 7 novembre 1940, il s’évade à nouveau.  Démobilisé le 30 décembre 1940, il rejoint clandestinement le Maroc. Emprisonné alors qu’il tentait de rejoindre de Gaulle, via Gibraltar, la peine capitale est demandée par Vichy. Libéré sur l’intervention du général Béthouard en novembre 1942, après le débarquement des américains en Afrique du Nord (8 novembre), il rejoint enfin Gibraltar et s’engage dans les F.F.L. le 20 février 1943. Ayant rejoint l’Angleterre, le lieutenant Pierre Marienne prend le commandement de la 2ème section de la 1ère C.C.P.. C'est un officier aimé, craint et respecté, aussi exigeant pour ses hommes que pour lui-même.



    

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, le lieutenant Marienne, à la tête du stick "Pierre 1", est parachuté sur Plumelec, dans le Morbihan. Il encadre et entraîne les troupes importantes du maquis de Saint-Marcel, environ 1500 à 2000 hommes. Le 18 juin, le maquis est attaqué par d'importantes forces allemandes. Marienne s'illustre au combat. Le maquis dispersé, Marienne et ses compagnons changent constamment de cachettes, dans les environs de Plumelec. Lui, ses parachutistes et les F.F.I. sont ardemment recherchés par les Allemands et les miliciens. Marienne qui vient d’être élevé au grade de capitaine décide de déplacer son camp à Kérihuel, en Plumelec, le 9 juillet. Les Allemands obtiennent, par trahison, des informations sur le lieu où se trouve le capitaine S.A.S.. Le 12 juillet, au matin, Allemands et miliciens surprennent le capitaine Marienne et ses compagnons, alors qu’ils sont encore endormis. Réunis sur l’aire à battre de la ferme de Kérihuel, le capitaine Marienne, six autres parachutistes, huit F.F.I. et trois habitants du hameau sont froidement assassinés par les miliciens sous les ordres des Allemands.


Le capitaine Pierre Marienne sera fait "Compagnon de la Libération".



 
Monument de Kérihuel




Victimes mortes pour la France à Kérihuel

                                    Parachutistes :                                   Patriotes :                                             F.F.I. :       

                                    Capitaine Pierre MARIENNE                    Ferdinand DANET                             Eugène MORIZUR
                                    Lieutenant François MARTIN                  Alexandre GICQUELLO                    Henri LOUAIL
                                    Jacques MENDES-CALDAS                    Rémy GICQUELLO                            Emmanuel LE BRETON
                                    Fernand BEAUJEAN                                                                                                 André GONDET
                                    Albert BLETTERIE                                                                                                     Henri DENOUAL
                                   Jean MARTY                                                                                                                 Georges GRIGNON
                                    Louis HANICQ                                                                                                             Pierre LE BOMIN
                                                                                                                                                                            Raymond GARAUD



Le capitaine Marienne et le lieutenant Martin sont enterrés à Plumelec, près du Monument aux Morts.

------------------------------------------------


N.B. : Maurice Zeller, le chef des miliciens de Kérihuel, est arrêté en août 1945. Zeller et ses acolytes, dont Alfred Gross et François Munoz, sont jugés et condamnés à mort en mai 1946. Ils sont exécutés le 17 juillet 1946.



                                                                                                                                    François SOUQUET

Retour page Souvenir Français